Auve et Yèvre 2020

Le SMAVAS a souhaité mettre en œuvre un programme de restauration hydromorphologique et de rétablissement de la continuité écologique de l’Auve et de l’Yèvre. Ce projet fait suite au constat de plusieurs tronçons de médiocre qualité hydromorphologique et au nombre important d’ouvrages faisant obstacle à la continuité écologique. L’Auve est le plus gros affluent de rive gauche de l’Aisne sur le bassin hydrographique « Aisne amont ». L’Auve et ses affluents qui prennent leur source sur les formations crayeuses de Champagne, disposent d’un fort potentiel biologique. L’Auve est également inscrite en « priorité 1 » au PAOT de la Marne 2019-2021.

La Maîtrise d’œuvre de ce programme de restauration hydromorphologique et de rétablissement de la continuité écologique de l’Auve et de l’Yèvre a été réalisée en régie par le technicien de rivière. Après 1 an et 1 mois d’instruction des dossiers d’Autorisation Environnementale et de DIG, le SMAVAS a reçu l’Arrêté préfectoral en août 2020 d’autorisation de travaux et de DIG. Après lancement d’un appel d’offres, l’entreprise « Les Chantiers du Barrois » a été retenue par le SMAVAS pour réalisés l’ensemble des travaux inscrits au programme.

Par ailleurs, des inventaires de suivi des peuplements piscicoles ont été programmés par le SMAVAS sur l’ensemble des sites restaurés de l’Auve et de l’Yèvre. La FDPPMA51 a été recrutée par le SMAVAS pour réaliser ces pêches électriques. Tous les sites ont été prospectés avant travaux. Des pêches électriques sont désormais programmées en année N+3 (soit après un cycle biologique piscicole de la truite Fario).

Les travaux de la tranche ferme 2020 ont démarré le 24 août 2020 et se sont terminés le 9 octobre 2020. L’ensemble des travaux de la tranche ferme 2020 :

  •  1050 ml de travaux de restauration hydromorphologique de l’Auve ont été réalisés
  • La continuité écologique a été rétablie sur 4 ouvrages (1 sur l’Auve et 3 sur l’Yèvre)
  • Ancien Moulin de Gizaucourt

 

Site avant travaux :

Site pendant et après travaux :

                                                   

Dérasement du muret façonné de rive gauche au droit                               Le muret de rive droite déstabilisé en aval est

de l’ancien vannage. La dérivation réalisée en rive gauche                           arasé. Une assise de blocs au pied de la rive

permet de travailler en assec.                                                                        et dans la fosse de dissipation est façonnée.

                                                    

Façonnement de la berge droite en aval de l’ancienne                                   Nouveau lit mineur réaménagé sur sa partie

prise d’eau du moulin.                                                                                      amont : délimitation des pieds de berges

                                                                                                                         par des blocs en enrochement.

                                                 

Vue sur le nouveau lit et les berges réaménagées.                                      Vue depuis l’amont sur le lit mineur aménagé.

                                                 

Vue aval  2 mois après  travaux.                                                                           Lit réaménagé 2 mois après travaux.

  • Seuil de l’étang de Varimont (commune de Dommartin-Varimont)

Le petit étang de Varimont situé en rive droite est perché. Il est alimenté par une prise d’eau au sein de l’Yèvre avec un seuil garantissant son alimentation. La propriétaire de l’étang souhaitant conserver son étang autorisé (arrêté préfectoral de 1973), elle refusait l’effacement du seuil infranchissable (hauteur de chute de 50 cm). Afin de rétablir a minima la continuité piscicole, la solution d’un aménagement d’une succession de deux seuils sous forme de rampe de blocs non gélifs en pente douce avec échancrure centrale en remplacement du seuil actuel, avait donc été proposée et acceptée par la propriétaire de l’étang.

L’aménagement de deux seuils sous forme de rampe de blocs en pente douce d’un dénivelé chacun de 20 cm, permet de rétablir la continuité piscicole tout en assurant l’alimentation de l’étang. Par rapport à l’état initial, le dénivelé total des aménagements a pu être abaissé de 10 cm sans compromettre l’alimentation de l’étang même en étiage.

Les travaux ont nécessité au préalable la coupe ponctuelle de la ripisylve de rive gauche pour mettre en pla ce les aménagements. Les travaux ont duré 2 jours.

Site avant travaux :

Site après travaux :

                                                    

Seuil en tôle avant son effacement (fuites en dessous)                               1er seuil amont, vu depuis l’aval après travaux

                                                    

      1er seuil amont, vu depuis l’amont                                                                           2ème seuil, vu depuis l’amont

                                                    

          2ème seuil, vu depuis l’aval                                                                              Vue sur les 2 seuils depuis l’aval

  • Radier du pont du chemin de Plagnicourt (commune de Rapsécourt)

Les travaux ont consisté à aménager en aval du pont de Plagnicourt difficilement franchissable, une succession de deux seuils sous forme de rampe de blocs en pente douce et évasée au centre, enfin de rétablir la continuité écologique au droit du pont ; car le radier béton du pont est infranchissable hors très hautes eaux du fait du dénivelé de 40 cm amont-aval, du faible tirant sur le radier et des vitesses d’écoulement trop importantes. L’aménagement de deux seuils sous forme de rampe de blocs en pente douce d’un dénivelé chacun de 20 cm, permet de rendre franchissable l’ouvrage, en ennoyant l’aval du radier et échelonnant la hauteur de chute. L’évasement central des rampes permet de resserrer le lit d’étiage et d’accroître le tirant d’eau pour faciliter davantage le franchissement des rampes. Les interstices entre les blocs permettent aux ouvrages d’être également franchissables par le chabot.

Les aménagements ont été calés pour ne pas modifier la ligne d’eau amont au pont de Plagnicourt. En outre, après travaux, il n’y a plus de chute d’eau en aval du pont ; les berges et fondations aval du pont ne seront donc plus sujettes à l’érosion. Les travaux ont duré 2 jours.

Site avant travaux :

Site pendant et après travaux :

Ancrage des seuils en berges                           Vue sur les 2 seuils depuis l’amont après travaux et 1 mois après

Vue sur les 2 seuils depuis l’aval                  Aval du radier du pont ennoyé            Vue amont de l’ouvrage après travaux

 

  • Vannage d’alimentation de l’ancien étang de Dampierre-le-Château

Lors des travaux, les 7 et 8 septembre 2020, l’Yèvre était en assec et les vannes étaient ouvertes. La fosse de dissipation aval au vannage restait en eau. Les travaux ont consisté à déraser la totalité de l’ouvrage (vannes, parements et fondations). Le profil en long et en travers du lit ont été repris en amont de l’ouvrage sur une dizaine de mètres suite au dérasement de l’ouvrage, et les berges retalutées : resserrement du lit d’étiage et façonnement d’un radier.

Deux pompes à museau ont été installées en rive droite, avec pose des crépines au sein de la fosse de dissipation (les points d’abreuvement se trouvaient auparavant au sein de la zone de remous). Les tuyaux des pompes à museau ont été glissés au sein de la buse déjà en place sous le chemin longeant la rivière et qui draine la sortie d’un fossé provenant de la pâture. Le radier façonné en amont de l’ouvrage dérasé permettra de conserver une mouille au droit des crépines et ainsi d’éviter tout désamorçage des pompes à museau.

Site avant travaux :

Site pendant et après travaux :

                                                    

                                                    

                                                    

 

Les commentaires sont fermés.